Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > slider > Edito : France-Syrie : une histoire commune

 

Edito : France-Syrie : une histoire commune

Il y a exactement cent ans les accords Sykes-Picot traçaient les zones d’influence entre britanniques et français au proche-orient. La Syrie est alors placée sous mandat français (1920-1946).
Cette France impériale réprime dans le sang la grande révolte druze en 1925, qui marque l’essor de la mobilisation nationaliste. Damas est bombardée et presque détruite. La France envoie 70 000 hommes pour mater l’insurrection.
En 1945, la revendication pour l’indépendance est plus que jamais d’actualité. Damas est de nouveau bombardée massivement par les français avant le retrait définitif des troupes françaises et l’indépendance.
Pendant la guerre du Liban (1975-1990), la France est opposée violemment à la Syrie.
Et en août 2013, la France était décidée à bombarder la Syrie pour aider l’insurrection syrienne contre la dictature d’Assad mais les Etats-Unis n’ont pas voulu suivre. Même la zone d’exclusion aérienne n’a pas été mise en place permettant au régime d’Assad de continuer à bombarder les populations civiles.
Aujourd’hui la France, à l’image des européens, est réduite à une certaine impuissance et essaie désormais d’agir dans le cadre du groupe international de soutien à la Syrie(GISS), réunion de grandes puissances qui pour l’instant n’a pas réussi à trouver une sortie de crise.
A défaut de peser diplomatiquement, la France aurait pu renouer avec sa tradition de solidarité, qui l’avait vue accueillir 10 000 enfants espagnols pendant la guerre d’Espagne en 1936, mais le courage politique a manqué à ce gouvernement.
Et le peuple syrien, abandonné et victime des jeux stratégiques des grandes puissances, continue de mourir sur les bombes.

Yves T., Administrateur

Edito : France-Syrie : une histoire commune

lundi 4 juillet 2016, par cridev .

Il y a exactement cent ans les accords Sykes-Picot traçaient les zones d’influence entre britanniques et français au proche-orient. La Syrie est alors placée sous mandat français (1920-1946).
Cette France impériale réprime dans le sang la grande révolte druze en 1925, qui marque l’essor de la mobilisation nationaliste. Damas est bombardée et presque détruite. La France envoie 70 000 hommes pour mater l’insurrection.
En 1945, la revendication pour l’indépendance est plus que jamais d’actualité. Damas est de nouveau bombardée massivement par les français avant le retrait définitif des troupes françaises et l’indépendance.
Pendant la guerre du Liban (1975-1990), la France est opposée violemment à la Syrie.
Et en août 2013, la France était décidée à bombarder la Syrie pour aider l’insurrection syrienne contre la dictature d’Assad mais les Etats-Unis n’ont pas voulu suivre. Même la zone d’exclusion aérienne n’a pas été mise en place permettant au régime d’Assad de continuer à bombarder les populations civiles.
Aujourd’hui la France, à l’image des européens, est réduite à une certaine impuissance et essaie désormais d’agir dans le cadre du groupe international de soutien à la Syrie(GISS), réunion de grandes puissances qui pour l’instant n’a pas réussi à trouver une sortie de crise.
A défaut de peser diplomatiquement, la France aurait pu renouer avec sa tradition de solidarité, qui l’avait vue accueillir 10 000 enfants espagnols pendant la guerre d’Espagne en 1936, mais le courage politique a manqué à ce gouvernement.
Et le peuple syrien, abandonné et victime des jeux stratégiques des grandes puissances, continue de mourir sur les bombes.

Yves T., Administrateur