Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > slider > Edito Mars 2016 - Grands projets inutiles... et imposés

Edito Mars 2016 - Grands projets inutiles... et imposés

Ici un aéroport, là un barrage, un centre commercial ou encore une autoroute … les grands projets inutiles et imposés fleurissent en France et partout ailleurs.

Inutiles et imposés ?

Inutiles, ces projets sont contestés pour leur utilité à la population locale.
Notre société, basée sur la recherche perpétuelle de croissance, voit dans les grands projets une solution au chômage et une façon de relancer l’économie : bétonner un peu plus pour relancer la croissance et ce, jusqu’à la prochaine crise. La création d’emploi sert en effet d’argument pour les promoteurs de ces grands projets mais occulte d’autres questions incontournables comme la qualité de ces emplois, le devenir des terres agricoles ainsi que le modèle social et économique que nous souhaitons développer. Après les promesses de la COP21, c’est la pertinence même de notre modèle de société qui est questionnée par les grands projets inutiles. Pourquoi ne pas plutôt penser à de « grands projets utiles » comme par exemple, pour les aspects écologiques, le développement des énergies renouvelables, l’isolation thermique des bâtiments, le développement d’une agriculture respectueuse de la nature, etc.

Imposés, ces projets sont le fruit de négociations qui excluent les citoyens. Plus prompts à servir les intérêts particuliers et notamment ceux des promoteurs, les autorités excluent les mouvements citoyens des débats de fond et de l’expertise qui entourent ces projets. Les mouvements citoyens qui contestent l’utilité publique de ces grands projets sont porteurs d’alternatives d’intérêt général et restent pourtant exclues des sphères de décision.

La résistance à Notre-Dame-des-Landes est devenue symbolique de tous ces combats. En effet, ce qui se joue dans ce bocage breton va au-delà d’une résistance locale à un projet particulier, il s’agit d’un lieu d’expérimentation et de transformation social. Les Zones à défendre révèlent les aspirations à vivre autrement, à vivre ensemble et au contact de la nature, elles montrent que les capacités de contestation de l’ordre établi et de résistance face aux volontés des puissants sont fortes et porteuses d’espoir.

Réunis au sein d’un collectif de lutte contre les grands projets inutiles et imposés, des mouvements comme celui contre Notre-Dame-des-Landes, organisent des forums internationaux pour faire converger leurs luttes, échanger et mutualiser leurs ressources comme ce sera le cas en juillet prochain à Bayonne. Nous vous invitons à suivre leurs actualités et à les rejoindre !

Marine, administratrice au Cridev