Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Qui sommes nous ? > Histoire et origines

Histoire et origines

Je me souviens que le CRIDEV est né en 1974 avec une idée force – informer le grand public -sur les questions internationales, les luttes des pays dits du Tiers-monde et notre modèle de développement.

Je me souviens que le premier débat public, ce qu’on a appelé « les mardis du CRIDEV »était consacré en début 1975 « aux mouvements de libération dans le golfe persique ».

Je me souviens des objecteurs de conscience, permanents du CRIDEV, et dont deux furent condamnés à la prison avec sursis pour s’être insoumis à l’ONF (office national des forêts) où il était obligatoire de faire le service alternatif à l’armée pour ceux qui refusaient le service militaire. Ils avaient préféré travailler pendant deux ans au CRIDEV.

Je me souviens du premier mois d’information sur l’Inde (plus de 3500 visiteurs) suivirent tous les deux ans à la maison des associations : le Brésil, l’Afrique du Sud, le Mexique, Bretagne tiers-monde, l’environnement, le travail ….

Je me souviens des séances cinéma à l’Arvor, rue Saint-Hélier, et des débats qui duraient tard dans la nuit.

Je me souviens que le CRIDEV faisait la une d’Ouest-France avec le Paris-Dakar suite à notre débat avec l’organisateur Thierry Sabine sur FR3. Il s’agissait de dénoncer cette course automobile qui prenait l’Afrique comme un terrain de jeu au mépris de l’environnement et des populations.

 
 

Je me souviens du boycott des oranges outspan et des concerts de Johnny Clegg pour dénoncer l’apartheid et la complicité de notre gouvernement.
Je me souviens d’un colloque organisé à la MIR (maison internationale de rennes) sur le Burundi quelques semaines après les massacres d’octobre 1993. Des burundais étaient venus de toute l’Europe pour discuter de leur pays .Et des conférences organisées quelques semaines après le génocide rwandais d’avril 1994.
Je me souviens des débats pour savoir si on gardait « libération des peuples » dans la définition originelle du CRIDEV =centre rennais d’information sur le développement et la libération des peuples. Plus tard encore, modifié en centre rennais pour la solidarité et la citoyenneté internationale.

Je me souviens de toutes les personnalités invitées par le CRIDEV, militants du terrain, universitaires, artistes, connu(e)s ou inconnu(e)s…
Je me souviens de Samir Kassir, journaliste libanais, plume remarquable, combattant de la démocratie, assassiné en 2005 par les sbires d’Assad.
Je me souviens de Jean-Marie Djibaou et Yewene yewéné venus trois jours à Rennes en 1987 pour défendre la Kanaky, tués en 1989.

Je me souviens de Dulcie September, représentante de l’ANC (congrès national africain), assassinée par les services secrets sud-africains en 1988.

Je me souviens d’Anil Agarwal, fondateur en Inde du CSE (centre pour la science et l’environnement qui publie la revue- down to earth-) qui était venu pour nos 20 ans.

Je me souviens de la création du RITIMO en 1985 et dont le cridev est un membre fondateur.

Je me souviens que le CRIDEV a toujours été libre dans son expression, indépendant de tout parti politique et pourtant très engagé.

Je me souviens surtout de toutes ces femmes et de tous ces hommes qui ont milité au CRIDEV quelques semaines, quelques mois ou quelques années et qui continuent aujourd’hui à se battre pour un monde plus solidaire.

 

On ne peut pas dire que l’espoir existe,
Ni qu’il n’existe pas
L’espoir est comme ces chemins sur la terre
A l’origine, il n’y avait pas de chemins
Mais là ou les gens passent
Sans cesse,
Un chemin nait

LU XUN, poete chinois XXe siècle.

Canal historique