Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > slider > Le témoignage de Maëliss, une jeune accompagnée par le Cridev

 

Le témoignage de Maëliss, une jeune accompagnée par le Cridev

Hey ! Je m’appelle Maëliss Jarron et j’ai effectué un stage de fin d’études à Santiago du Chili. En effet, durant 7 semaines, j’ai pu intervenir dans l’association Trabajo en la Calle composée de travailleurs sociaux de rue qui luttent pour l’accès aux droits des familles des bidonvilles (« Campamentos ») de Santiago.

Dès l’accompagnement avec le Cridev et plus particulièrement avec Elise, j’étais un peu perdue dans mes démarches et ne savait pas par où commencer. En effet, ma destination de stage, les choses à faire avant le départ, à prévoir pour le retour, etc. Tout cela était bien flou dans ma tête et encore très lointain pour moi.

à des rendez-vous réguliers avec Elise, nous avons pu remettre les choses en ordre et partir de ce qu’il était tout d’abord important de faire, c’est-à-dire, comprendre pourquoi je voulais faire un stage à l’étranger plutôt qu’en France. C’est toute une période de remise en questions sur moi-même qui a donc eu lieu et j’ai ainsi pu comprendre ma volonté de faire un stage à l’étranger et à partir de là tout à découlé.

J’avais quelques contacts au Chili, particulièrement à l’université de Santiago mais la question du logement, des transports ou encore des alentours m’étaient encore bien inconnus. Après avoir essayé de comprendre où j’allais mettre les pieds, Elise m’a ensuite donné un contact qui m’a été d’une grande aide. En effet, le Cridev rencontre de nombreux jeunes qui partent à l’étranger et c’est tout un réseau qui se met en place. Entre les formations, les soirées à thèmes et les discussions, tout cela engendre des liens humains, des contacts réels qui permettent, selon moi, d’avancer et réfléchir ensemble pour ne pas partir dans tous les sens et ne plus savoir où aller. Nous sommes vraiment guidés et accompagnés.

Ce que j’aime le plus, c’est que tout ne nous est pas donné « tout cuit dans le bec », en effet, tout l’accompagnement permet de réfléchir, de se poser des questions pour avancer dans la bonne direction.

Cela m’a donc permis d’arriver dans la capitale du Chili sans crainte car tout (ou presque) était organisé à l’avance. Je savais où j’allais dormir, quels transports prendre, quelle structure allait m’accueillir et dans quel but… Tout cela était bien clair dans ma tête mais aussi auprès des personnes que j’allais rencontrer. C’est un premier contact que l’on a qui nous emmène à pleins d’autres et nous font donc rencontrer de nombreuses personnes.

Cette nouvelle expérience à l’étranger a été pour moi une révélation. En effet, cela m’a motivé pour m’investir dans des projets à l’international d’où le fait que je suis actuellement en Licence professionnelle « chargé de projets de solidarité internationale et développement durable » à Bordeaux. Mon projet professionnelle serait en effet, de permettre aux jeunes qui le souhaitent de se mobiliser à l’international et surtout essayer de faire le maximum pour que les échanges réciproques entre les jeunes des différents pays soient plus faciles.

Je remercie le Cridev et Elise plus particulièrement pour son aide qui m’a réellement été précieuse. »

Le témoignage de Maëliss, une jeune accompagnée par le Cridev

vendredi 30 décembre 2016, par cridev .

Hey ! Je m’appelle Maëliss Jarron et j’ai effectué un stage de fin d’études à Santiago du Chili. En effet, durant 7 semaines, j’ai pu intervenir dans l’association Trabajo en la Calle composée de travailleurs sociaux de rue qui luttent pour l’accès aux droits des familles des bidonvilles (« Campamentos ») de Santiago.

Dès l’accompagnement avec le Cridev et plus particulièrement avec Elise, j’étais un peu perdue dans mes démarches et ne savait pas par où commencer. En effet, ma destination de stage, les choses à faire avant le départ, à prévoir pour le retour, etc. Tout cela était bien flou dans ma tête et encore très lointain pour moi.

à des rendez-vous réguliers avec Elise, nous avons pu remettre les choses en ordre et partir de ce qu’il était tout d’abord important de faire, c’est-à-dire, comprendre pourquoi je voulais faire un stage à l’étranger plutôt qu’en France. C’est toute une période de remise en questions sur moi-même qui a donc eu lieu et j’ai ainsi pu comprendre ma volonté de faire un stage à l’étranger et à partir de là tout à découlé.

J’avais quelques contacts au Chili, particulièrement à l’université de Santiago mais la question du logement, des transports ou encore des alentours m’étaient encore bien inconnus. Après avoir essayé de comprendre où j’allais mettre les pieds, Elise m’a ensuite donné un contact qui m’a été d’une grande aide. En effet, le Cridev rencontre de nombreux jeunes qui partent à l’étranger et c’est tout un réseau qui se met en place. Entre les formations, les soirées à thèmes et les discussions, tout cela engendre des liens humains, des contacts réels qui permettent, selon moi, d’avancer et réfléchir ensemble pour ne pas partir dans tous les sens et ne plus savoir où aller. Nous sommes vraiment guidés et accompagnés.

Ce que j’aime le plus, c’est que tout ne nous est pas donné « tout cuit dans le bec », en effet, tout l’accompagnement permet de réfléchir, de se poser des questions pour avancer dans la bonne direction.

Cela m’a donc permis d’arriver dans la capitale du Chili sans crainte car tout (ou presque) était organisé à l’avance. Je savais où j’allais dormir, quels transports prendre, quelle structure allait m’accueillir et dans quel but… Tout cela était bien clair dans ma tête mais aussi auprès des personnes que j’allais rencontrer. C’est un premier contact que l’on a qui nous emmène à pleins d’autres et nous font donc rencontrer de nombreuses personnes.

Cette nouvelle expérience à l’étranger a été pour moi une révélation. En effet, cela m’a motivé pour m’investir dans des projets à l’international d’où le fait que je suis actuellement en Licence professionnelle « chargé de projets de solidarité internationale et développement durable » à Bordeaux. Mon projet professionnelle serait en effet, de permettre aux jeunes qui le souhaitent de se mobiliser à l’international et surtout essayer de faire le maximum pour que les échanges réciproques entre les jeunes des différents pays soient plus faciles.

Je remercie le Cridev et Elise plus particulièrement pour son aide qui m’a réellement été précieuse. »