JUIN 2017

 

Cliquez ici si vous n'arrivez pas à lire correctement ce mail

 

 

 

ÉDITO

2016, une année de création de commun !

Le 18 mai, les adhérents du Cridev réunis en assemblée générale extraordinaire ont adopté les nouveaux statuts de l’association, avec un intérêt particulier pour cette rédaction non-genrée, pour notre volonté de collégialité et la création d'un règlement intérieur qui améliore le partage et l'organisation de notre gouvernance qui correspondra ainsi mieux à nos valeurs que le traditionnel système pyramidal Président-bureau-CA.

Dans ces nouveaux statuts, nous appuyons aussi notre action auprès des personnes vivant des mobilités, par leur accompagnement dans un objectif de valoriser les expériences, les histoires, les cultures, et de reconnaître la mobilité comme un droit pour toutes et tous.

Ces actions se sont déjà déclinées en 2016 au travers des actions des salariées, des volontaires en service civique et des bénévoles, examinées, commentées et questionnées par les adhérents en assemblée générale. 2016 a en effet été l’année du développement du travail sur la mobilité des jeunes, mené depuis fin 2015 par Elise Bécavin, dans un esprit d’ouverture sur une vision globale, et de nouvelles actions à Villejean sur la lutte contre les discriminations (voir notre édito précédent).

 

Parmi les temps forts retenus collectivement, les envies d’action concrètes localement et d’impact réel sur la société, avec des actions comme celle menée à Villejean mais aussi des actions de rue menées par les bénévoles. Les causeries, les formations sont appréciées comme temps de partage pour créer du commun entre les bénévoles et d’échange de connaissances.

Déjà abordée à la précédente AG, la réflexion autour du centre ressources se poursuit ; il est devenu un lieu de rencontres, et fera le 8 juillet 2017 l’objet d’un « désherbage », c’est-à-dire un tri et une sélection des livres (cf Agenda). Il contribuera à disposer de place pour nos soirées d’animations, de rencontres qui rencontrent toujours du succès, et à mieux connaître le fond pour mieux le valoriser « hors les murs ». Pour de nouveaux motivés, c’est aussi le moyen de rencontrer les bénévoles du Cridev. Remontons-nous les manches pour recentrer le fond documentaire sur les publications récentes et ciblées sur les thématiques les plus liées aux actions actuelles du Cridev !

 

 
L'AGENDA DU CRIDEV

Atelier critique des médias avec ACRIMED

Mercredi 7 juin

Chaque premier mercredi du mois, Acrimed vous convie au Cridev pour un temps d'échange informel sur les médias de 14h à 16h. Chaque atelier se déroule autour d'un thème choisi collectivement afin d'étudier la manière dont l'information est traitée par les différents médias qui nous entourent. Le thème du mercredi 7 juin ? L'environnement ! 

Soirée Arpentage

Mercredi 7 juin de 18h à 21h

Le Cridev vous invite à une soirée arpentage sur le livre : Etre Radical de Saul Alinski! L'arpentage est une méthode d'éducation populaire de lecture collective.

Seulement 10 places, s'inscrire sur le lien:

Inscription

LES MOBILITÉS EN FÊTE !

Jeudi 15 juin de 15h à 22h à l'atelier d'Aran 10 rue des Trente, 35000 Rennes

Le CRIDEV en association avec Survie 35, Langophonies, ACRIMED, France Palestine, D'ici ou d'ailleurs vous invite à un temps festif ! L'objectif de cette soirée est de se retrouver entre membres d'association et citoyen Rennais pour continuer à se rencontrer et partager des activités ensemble.

Au menu:  Expos, Ciné-débats, Porteurs de paroles, Mur d'expression, Jam session (ramène ton instrument!), Récits de vie, Qui qu'à dit quoi?...et d'autres surprises !

Rencontre avec les deux fondateurs de l’ONG
De-colonizer à Rennes

Samedi 24 juin, en partenariat avec l’AFPS (Association France Palestine Solidarité) 35.lieu de la rencontre bientôt fixé (cf facebook du CRIDEV)

De-colonizer est un laboratoire de recherche israélien antisioniste et d’allié-e-s. Basée sur des recherches rigoureuses, De-Colonizer viendra nous présenter sa nouvelle carte intitulée « Colonialisme en destru(a)ction ». Cette carte recense l'ensemble des localités palestiniennes, juives et syriennes détruites depuis les premières vagues de migration sioniste (fin du 19ème siècle). Le découpage par strates historiques (destructions pré-1948, pendant la Nakba et post-1948), répercuté visuellement par l'utilisation de trois couleurs de police sur la légende et sur la carte elle-même, montre le continuum historique de la persistance du projet colonial israélien jusqu’à nos jours et le futur qu'il nous dessine s’il n’y a pas de mobilisation internationale substantielle pour exiger son arrêt.  

« Près de 750 000 Palestiniennes et quelques 130 000 Syriennes ont déjà été déplacées, il était temps qu'une carte expose leurs pertes. »

« Désherbage des livres du CRIDEV »

Samedi 8 juillet  de 10h à 13h  
et/ou de 14h à 17h

Afin d'effectuer le tri des livres (les critères seront travaillés en amont et des consignes de tri vous seront donc données le jour J).

Merci de vous inscrire via le lien suivant :

Inscription

Plus on sera nombreux et plus ça ira vite!

Retrouvez le CRIDEV pendant le festival de quartier d’été

19 et 20 juillet au parc des Gayeulles à Rennes 

Ce festival éco-citoyen à mi-chemin entre musiques du monde et cultures urbaines rassemble en soirée de jeunes talents et des artistes de renom. Conçu pour et par les jeunes restant à Rennes durant l’été, il leur permet dès 14h de partager des activités gratuites, sportives ou culturelles, engagées. Festival engagé, tout public et accessible aux personnes à mobilité réduite.

Le CRIDEV, en co-construction avec le CRIJB et Anime et Tisse, travaille sur cette édition sur la création d’un 3éme espace pendant le festival : un espace de causeries rattaché à un laboratoire de mise en action concrète d’action collective ! Le tout est en construction et vous sera communiqué sous peu !

 
CHEZ NOS PARTENAIRES
Invitation Bilan TAP
Jeudi 29 Juin 2017 à 18h30 à la Maison Internationale de Rennes (MIR)

Depuis octobre 2016, plusieurs associations de la Maison Internationale de Rennes se mobilisent pour organiser et animer les Ateliers Périscolaires à l’école Léon Grimault et à l’école de Villeneuve. Réunion de Bilan – Témoignages et partage d’expériences des associations.

MIR : 7 quai Chateaubriand, 35000 Rennes (Métro et Bus République)

Tél. 02 99 78 22 66 / contact@mir-rennes.fr

 

 
Invitation Plénière Festival des Solidarités

Mercredi 14 juin 2017 à 18h30 à la Maison Internationale de Rennes (MIR)

Invitation à la 3ème Plénière Festival des Solidarités Rennes. Préparation de la 8éme édition (ex SSI).

Le collectif d'associations du Festival des Solidarités et la Maison internationale de Rennes.

Lien vers le site web

 
Exposition photo

Du mardi 30 mai au 16 juin 2017 à la Maison Internationale de Rennes (Espace Accueil).

Partage entre la France et le Sénégal 15 lycéens de De La Salle restituent leur périple au Sénégal au travers une expo photo : construction d'un mur pour un jardin d'enfants, session de secourisme au lycée de Palmarin, échanges entre lycéens,…

 
L’association Emisa Homs vous invite à partager le repas de l’iftar

le samedi 3 Juin 2017 à 20h00 Le Grand Cordel MJC 18, Rue des plantes 35700 Rennes

à l’occasion du mois de Ramadan, l’association Emisa Homs vous invite à partager le repas de l’iftar avec le programme suivant :

- 20h00 Accueil.

- 20h30 Présentation de l'association et de chaque famille présente.

- Lecture de sourates

- Débat, questions/réponses afin d'aider les nouvelles familles syriennes

- 22h00 Repas partagé  (Chaque famille apporte un repas et desserts)

- Information : 06.14.04.88.31

 
COUP DE COEUR

« L’immigration en France » par El Mouhoub Mouhoud édition Fayard

L’auteur est professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine. En peu de pages (189 pages) l’auteur s’attaque aux quinze mythes sur les migrations : Mythe numéro 1 : La France est une terre d’accueil, Mythe numéro 2 la France est généreuse dans l’accueil des refugies humanitaires,…Mythe numéro 9 les immigrés profitent des budgets sociaux, etc…

Ce sont ces fantasmes, ces propos erronés qui empêchent un véritable débat public sur les migrations. Et après avoir passé en revue ces mythes, l’auteur propose une politique d’immigration alternative, efficace et juste.

Un livre à soumettre à tous nos candidats.

 

« Les luttes et les rêves » Une histoire populaire de la France
de 1685 à nos jours par Michelle Zancarini-fournel édition Zones 995 pages.

Une histoire de France originale. Non pas celle des rois, des institutions, des guerres mais une histoire populaire de la France écrite par les sans-voix, les minorités, les femmes, les colonisés, les gens du peuple, les « gens de peu ». Cette histoire commence en 1685, avec en mars la promulgation du code noir qui va sceller le sort des esclaves et en octobre la révocation de l’édit de Nantes qui met fin à la tolérance du culte protestant. Deux décisions porteuses de violences contre les minorités-de couleur et de religion.

Tous les événements classiques de l’histoire de France-notamment les révolutions (1789, 1848, commune, mai 68, etc. …) sont revisités à travers le prisme des luttes des « subalternes »-ceux qui n’existent pas dans les histoires officielles.

Cette histoire vue «  d’en bas » est celle des combats menés pour le suffrage universel, pour l’égalité Hommes-Femmes, pour la démocratie, contre la domination coloniale,etc….C’est aussi celle des rêves ,des espoirs mis en texte ou en chanson . Cette « histoire populaire de la France » se rapproche de « l’histoire mondiale de la France » dirigé par Patrick Boucheron, unies dans la volonté d’écrire et d’inscrire une histoire de la France reliée aux convulsions du monde.

Ce regard décentré est en plus remarquablement écrit. Un chef d’œuvre.

 
POUR ALLER PLUS LOIN
Article publié dans « Jeune Afrique » le 19 mai 2017 :
Il n’y a pas d’issue militaire au bourbier malien

« Les djihadistes font la loi maintenant », m’a dit un vieil homme. « Le jour même où a pris fin l’opération menée par la France, les islamistes étaient de retour dans les villages », a précisé un autre, faisant référence à l’intervention militaire mise en place en avril près de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso.

L’efficacité du recrutement par les djihadistes et l’attrait qu’ils suscitent auprès de nombreux villageois attestent de l’insuffisance des opérations militaires pour en venir à bout. Le nouveau président français, Emmanuel Macron, devra garder cette réalité à l’esprit lorsqu’il se rendra au Mali vendredi.

Saluée comme un succès militaire, la mission déployée par la France dans le nord du Mali en 2013 avait mis fin à l’occupation de la région par des séparatistes Touaregs et des islamistes armés affiliés à Al-Qaeda. Mais depuis 2015, les attaques visant les forces maliennes et les abus perpétrés par des groupes liés à Al-Qaïda se sont étendues aux régions du centre du Mali, auparavant stables, et même au-delà des frontières, l’année dernière, jusqu’au Burkina Faso.

Depuis 2015, j’ai mené des entretiens avec des dizaines de témoins et de victimes de violations des droits humains dans le centre du Mali. Ils m’ont décrit de quelle manière, au cours des derniers mois, des groupes de combattants islamistes – comptant parfois jusqu’à une cinquantaine de membres – ont fermé les écoles, interdit aux femmes de circuler à bord de motos conduites par des hommes autres que leurs maris et imposé leur version de la charia. « Des jours durant, nous célébrions mariages et baptêmes, en chantant et en dansant tous ensemble ; mais plus aujourd’hui », a constaté un habitant.

Ceux qui sont accusés d’être des informateurs à la solde du gouvernement malien sont souvent retrouvés morts. Depuis 2015, les islamistes ont exécuté au moins 40 hommes en détention, y compris des chefs de village et des responsables locaux. Certains ont été assassinés devant leurs propres familles.

Plusieurs personnes ont affirmé avoir subi de fortes pressions afin que l’un de leurs fils rejoigne les rangs des islamistes.

Cependant, autant de villageois m’ont dit qu’ils se félicitaient de la présence des islamistes dans le centre du Mali, les considérant comme une alternative positive à un État qui est, à leurs yeux, l’incarnation d’une gouvernance abusive et corrompue. Beaucoup se sont emportés devant moi, relatant les abus dont l’armée malienne se serait rendue coupable dans le cadre de ses opérations antiterroristes, notamment des arrestations arbitraires, des actes de torture et des exécutions.

Voir suite de l’article 

 

Vous n'êtes plus intéressé par cette lettre ? Se désincrire

CRIDEV : 41 Avenue janvier

35000 Rennes

tél. 02 99 30 27 20

 

Site web : www.cridev.org

 

Contact: cridev@ritimo.org

CRIDEV INFOS
Directrice de la publication : Emmanuelle Auger
Sélection et rédaction des informations : Louise Yvon
Mise en forme : Frédéric Jourdren